On a perdu Quentin

Suivi de Casser du sucre à la pioche

Éric Louis

On a perdu Quentin
Parution 14/06/2018
Format Livre broché de 62 pages
ISBN 979-10-95630-15-9
Télécharger le livre en intégralité (PDF)
6,00€ ( épuisé )

Résumé

Mercredi 21 juin 2017. Il est 12h30. Éric Louis est d’après-midi sur le site industriel de Cristanol à Bazancourt.

Avec les autres cordistes, ils attendent pour relever l’équipe du matin dont fait partie Quentin.
La chaleur, les silos métalliques, la fatigue… et cette phrase, simple et définitive, comme une sentence brute, qui vient nous claquer à la face : « On a perdu Quentin ».

L'auteur

Ouvrier, fils d’ouvrier, petit-fils d’ouvriers, Éric Louis est un adepte et un ardent défenseur du travail. Du travail libre, s’entend. Mais il conchie « l’emploi », inépuisable source d’exploitation, de soumission, de frustration. Et de mort.
Ses écrits, notamment dans le journal La Brique, sont des témoignages bruts de la réalité de l’emploi prolétaire. Vécue de l’intérieur.

Écouter un extrait


On en parle 

Note de lecture de Cyrille Cléran pour L'Imprimerie Nocturne juin 2018 : ici

Article de Juliette Keating pour l'édition "Aux lecteurs émancipés" du club Mediapart, avril 2019 : ici

Note de lecture dans le Nouveau Jour J juillet 2018 : ici

Mention dans la revue de presse de France Inter, 11 janvier 2019 : ici

Note de lecture de Paco Vallat dans Un dernier livre avant la fin du monde, janvier 2019 : ici

Note de lecture par la librairie Terre des Livres, juin 2018 : ici

Note de lecture de Coralie pour L'Influx janvier 2019 : ici

Note de lecture par la librairie Terre des Livres, juin 2018 : ici

Des réels

Écrire le réel pour combler les vides… des traces brutes, une ivresse dans la quête de soi et des autres. Écrire le réel c’est reprendre la route, s’imaginer, s’inventer qu’importe, c’est suivre ses propres traces mais pouvoir en apprécier la forme, la profondeur et la texture… c’est s’y plonger tout entier. Des récits de vie qui se tiennent au bas du ventre comme des poids de souvenirs… qui rappellent à l’épreuve, au goût de vivre, à l’autre… au commun.