Histoire des équitables pionniers de Rochdale

Traduit par Marie Moret

Préface de Pierre-Yves Jan

14 septembre 2017 – Livre broché de 110 pages – 6€
ISBN : 979-10-95630-09-8

shoppingedc Acheter :
Par chèque
Par carte bancaire

 

pageedc Télécharger (gratuitement) le livre en PDF :
Histoire_des_equitables_pionniers_de_Rochdale_-_George-Jacob_Holyoake.pdf (470 téléchargements)


quoteedc Présentation

« Voilà ce que le sens commun et le courage industriel ont réalisé. Voilà ce qui fut l’œuvre de la sollicitude généreuse de quelques hommes ; ce que le lecteur lui-même peut aujourd’hui contribuer à rendre plus triomphant encore, s’il consent à s’employer pour guider dans la même voie les travailleurs désireux de s’émanciper eux mêmes, et non encore reliés au mouvement coopératif, à l’association de toutes les forces humaines. »

Ce récit relate une des premières expériences coopératives, celle de Rochdale en Angleterre, créée en 1844. Il s’agit de prolétaires, majoritairement des tisserands, qui décident de se constituer en coopérative de consommation afin d’avoir la maîtrise de la qualité des produits, de leur provenance et de leurs coûts. Jamais réédité depuis 1923, ce texte s’inscrit dans la collection culture des précédents, qui a pour désir de rappeler à la mémoire que l’histoire ne s’accorde pas au singulier et ne prend pas de majuscule.


personedc L’histoire

Ce texte, écrit en 1890, a été édité et diffusé pour la dernière fois en 1923. Dorénavant dans le domaine public, il nous a semblé bon de le rendre de nouveau disponible agrémenté d’une préface qui le contextualise et fait le lien entre hier et aujourd’hui.

Pierre-Yves Jan, auteur de la préface, a travaillé dans les milieux coopératifs et de l’Économie Sociale et Solidaire. Il est notamment très impliqué dans la question des habitats groupés, forme d’habitat qu’il occupe d’ailleurs depuis 30 ans.


quoteedc Collection Culture des précédents

La collection Culture des précédents se propose de faire redescendre de sa majuscule cette histoire qui se croit – ou qu’on voudrait nous faire croire – unique. Celle qui serait une version racontée et construite, construite à force d’être racontée, par les manuels scolaires, les grandes commémorations, les blockbusters, les reportages, documentaires et journaux télévisés… Cette histoire majuscule a découpé notre passé de manière binaire, avec d’un côté les victoires et de l’autre les défaites, une histoire qui prescrit ce que l’on retient et ce que l’on oublie. A cela, une façon d’y répondre : y opposer une multitude d’histoires et de récits singuliers.

« [….] car nous avons besoin d’une culture des précédents non seulement pour les savoirs qui pourraient la composer mais aussi pour la respiration, pour le dehors qu’elle serait susceptible de nous offrir : nous ne serions plus seuls au monde. De l’élan nous entrerait dans les plumes : on se sentirait précédé, inscrit dans une histoire qui pourrait nous rendre plus fort. Et puis l’inspiration nous gagnerait : « Tiens cette limite que l’on rencontre, d’autres l’ont dépassée de telle ou telle manière » ou « A entendre ce récit qui nous est rapporté, nous aurions tout intérêt à aiguiser notre vigilance sur tel ou tel point ». » David Vercauteren, Micropolitique des groupes, Les prairies ordinaires, 2011