Agencements – n°2 décembre 2018

Recherches et pratiques sociales en expérimentation

Paru le 11 janvier 2019
Livre broché de 280 pages – 12€
ISSN : 2608-5739
ISBN : 979-10-95630-19-7

shoppingedc Acheter en version papier :
Par chèque
Par carte bancaire

Télécharger (gratuitement) la revue en PDF :
Agencements2.pdf (37 téléchargements)


quoteedc Sommaire

DOSSIER « ESPACE PUBLIC EN RECHERCHE, ESPACE PUBLIC EN EXPÉRIENCE »

Annick Madec, Sylvie Monchatre, Pinar Selek
Faire connaissance(s). Pour une curiosité d’utilité publique
Cécile Léonardie, Gabrielle Boulanger
Dans l’intimité des temps pour soi(n) ou comment inviter le soin dans l’espace public
Sébastien Joffres
Le sociologue au cœur de la fête
Thomas Arnera, Régis Garcia, Olivier Noël
L’intermédiation – Exploration d’une notion heuristique et pratique pour penser et agir la complexité

TRANSVERSE

Thomas Augereau
PROLéKAIRA

DOSSIER « RÉSISTANCES ORDINAIRES, RÉSISTANCES INSTITUANTES »

Youcef Chekkar
Du cinéma en Algérie ? Mais bien sûr !
André Antunes Martins et Silvério Augusto Moura Soares de Souza
Récit d’une résistance. La lutte d’une communauté contre la fermeture d’une école publique
Marie-Thérèse Savigny
Les fissures d’une institution, par où passe la lumière. Petite histoire de résistances ordinaires
Collectif en devenir
Vous reprendrez bien un peu de minga ? Quelques jours de recherches collectives
Nicolas Guerrier
Sous les tentatives de communismes immédiats

PARCOURS

Thomas Arnera
Où j’en suis avec mon intermédiation

COULISSES

Adrien Péquignot
Le ratage comme occasion. Défendre « l’échec comme ressource » pour résister à l’injonction du résultat
Nicolas Sidoroff
Projet de recherche doctorale. Explorer des lisières d’activités, vers une microsociologie des pratiques (musicales)


personedc Édito

Dans cette deuxième livraison de l’année 2018, Agencements explore les possibles que réserve une science sociale quand elle est elle-même en expérimentation. Le numéro se penche aussi sur les manières de « faire critique » et de « faire résistance » au cœur des milieux de vie, dans et par la vie quotidienne, ainsi qu’Henri Lefebvre ou Michel de Certeau l’ont amplement défendu dans leur longue trajectoire intellectuelle d’engagement.

Oskar Negt, en critique d’une conception trop institutionnelle (essentiellement bourgeoise) de l’espace public, a mis en valeur l’importance des espaces publics oppositionnels qui se déploient démocratiquement lors des luttes, des expérimentations ou des mouvements sociaux. Dans ces espaces la prise de parole est indissociable d’une « prise d’expérience », et l’expression démocratique d’un engagement critique. En affinité avec ces thèses, la revue Agencements, dans son premier dossier « Espace public en expérience, espace public en recherche », réengage théoriquement et pratiquement la question de l’espace public en tant qu’espace accessible et disponible, sensible et réceptif où chacun·e a le loisir de faire expérience et de faire recherche, de le faire en ouvrant des possibles, en éprouvant doute et curiosité et en impliquant la multiplicité de l’être (corps et intellect, langage et affect). Les articles réunis dans ce dossier sont emblématiques d’une recherche en sciences sociales qui s’exerce dans, par et avec l’espace public, en tant qu’espace émancipé et émancipateur, et qui travaille ses catégories, ses cadres conceptuels et ses méthodes pour relever ce défi critique et démocratique.

Dans son deuxième dossier « Résistances ordinaires, résistances instituantes », Agencements interroge les formes contemporaines d’engagement et de lutte, qui se caractérisent à la fois par leur portée critique (oppositionnelle, destituante) et leur portée contributive (créative, instituante). Ces résistances se manifestent sur une grande diversité de terrains, aussi bien à l’intérieur des institutions qu’en décalage / décadrage vis-à-vis d’elles. Elles émergent partout où les portent des idéaux d’égalité et d’émancipation, sur le terrain du travail, de l’art, du social ou de l’éducation. Ces résistances sont l’occasion d’expérimenter de nouveaux dispositifs et dispositions pour être-ensemble et faire-ensemble, pour lutter en commun. Ces résistances restent indomptées tant elles sont en capacité de varier et de moduler leurs actions, de les hybrider et de les transversaliser.

En complément de ses dossiers, Agencements propose trois rubriques : « Coulisses » qui donne à lire les « textes cachés » de la recherche comme peuvent l’être les projets déposés lors d’une inscription en thèse ou les textes préparatoires à un séminaire ; « Parcours » qui permet à un ou une chercheuse de retracer sa trajectoire et qui éclaire un cadre conceptuel ou une sensibilité théorique à partir d’une expérience singulière de recherche ; « Transverses » qui ouvre aux hybridités et transversalités, entre visuel et texte, création plastique et production intellectuelle.

Bonne lecture.

Le prochain numéro s’annonce pour le printemps 2019.

Martine Bodineau, Régis Garcia, Laurence Gravel, Pierre Hébrard, Sébastien Joffres, Soaz Jolivet, Pascal Nicolas-Le Strat, Adrien Péquignot, Benjamin Roux, Nicolas Sidoroff.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.